Angélique

Posted on Jan 1, 2018 in Bagues | No Comments
Angélique

Et si nous parlions fiançailles ? Cela fait longtemps non ? Alors aujourd’hui je vous donne Angélique !!

Encore une bien belle rencontre. En même temps, discuter joaillerie autour de bons thés fumants en dévorant des scones dans le plus mignon des salons de thés vannetais ET en couple, ça ne peut qu’être inspirant. Un échange très riche, des idées dans tous les sens, des envies, des goûts déjà relativement clairs et une belle ouverture d’esprit.

Bref, après un délicieux goûter nous nous sommes séparés et je me suis empressée de jeter sur le papier l’idée qui me trottait déja dans la tête. Du vert et de la fougère !! Si si !!

Vert car Angélique est verte… de la tête au pied ! Je ne plaisante qu’à peine, c’est réellement sa couleur préférée.  Et là premier problème en vue étant donné que je refuse généralement d’utiliser les émeraudes pour les bagues de fiançailles. Trop fragile, trop risqué et accessoirement très cher pour en avoir une qui ne soit pas q’un bloc opaque.

En suite de la fougère car figurez-vous que nos tourtereaux ont vécu un an en Nouvelle-Zélande et qu’ils ont ADORE !

Une fois le problème de la pierre réglé, nous nous sommes mis d’accord pour une superbe tourmaline verte taillée en poire. Alors c’est sûr que vu comme ça (une poire verte et de la fougère), le projet peut paraitre un peu saugrenu. Mais vous commencez à connaître mon amour infini pour la nature. Elle est la plus intarissable des sources d’inspiration. Je me suis également penchée sur les montures d’époque Napoléonienne (certains disent bandeau). Un style que j’aime énormément et qui a l’avantage de permettre tout un panel de belles fantaisies tout en donnant un chic fou à une monture.

J’en profite pour remercier les fiancés qui ont suivi la réalisation de la bague étape par étape depuis Paris alors que leur trésor prenait vie à Brest. Surtout que pour une monture comme celle-ci il y eu des moments où ce n’était pas évident (les pièces brutes ressemblant davantage à des jantes de voiture qu’à un bijou supposé être très couture). Il y eu sur cette bague un très gros travail pour réussir à combiner légèreté et solidité. Pour que la pierre soit bien protégée sans être étouffée. Sans compter le nombre d’heures (une dizaine) que le graveur a passé sur le motif végétal ! Je voulais cette fougère vraiment réaliste !

Je lève le rideau…

Leave a Reply